guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › Les champignons anti-cancer › En savoir plus
   
DOSSIERS
 
En savoir plus
Le 26/11/2009
Mot-clé : champignons
Sites internet et articles scientifiques sur les champignons et leurs vertus pour la santé.
 
Sites internet

• Santé Canada. Avis de Santé Canada concernant l’emballage des champignons frais
• www.afssa.fr
• www.passeportsanté.net
• www.la nutrition.fr
• www.virtualmuseum.ca/Exhibitions/Mushroom/Francais/index2.html
• National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI.www.ncbi.nlm.nih.gov
• www.naturalstandard.com.
• http://www.elements4health.com/pdf/shiitake-mushrooms.pdf

Articles scientifiques

Champignons et cancer

• GAO Y., ZHANG D., SUN B. (2006). Active hexose correlated compound enhances tumor surveillance though regulating both innate and adaptive immune responses. Cancer Immunology Immunother. Volume 55, pp. 1258-1266
• KIDD P.M. (2000). The use of mushroom glucans and proteoglycans in cancer treatment. Altern Med Rev. Volume 5, numéro 1, pp. 4-27.
• BORCHERS A.T., KEEN C.L., GERSHWIN M.E. (2004). Mushrooms, tumors and immunity: an update. Exp Biol Med. Volume 229, numéro 5, pp. 393-406.
• SLIVA D. (2003). Ganoderma lucidum (Reishi) in cancer treatment. Integr Cancer Ther. Volume 2, numéro 4, pp.358-64.
• KODOMA N., KOMUTA K., NANBA H. (2003). Effect of Maitake (Grifola frondosa) D-Fraction on the activation of NK cells in cancer patients. J Med Food. Volume 6, numéro 4, pp.371-7.


Champignons et cancer du sein

• GRUBE B.J., ENG E.T., KAO Y.C., KWON A., CHEN S. (2001). White button mushroom phytochemicals inhibit aromatase activity and breast cancer cell proliferation. The journal of nutrition. Volume 131, pp. 3288-3293
Champignons et cancer de la prostate
• COLLINS L.(2006). Phellinus linteus sensitises apoptosis induced by doxorubicin in prostate cancer. British Journal of Cancer. Volume 95, pp.282-288


Champignons et maladies cardiaques

• SHIMADA S., KOMAMURA K., KUMAGAI H., SAKURAI H. (2004). Inhibitory activity of shiitake flavor against platelet aggregation. Biofactors. Volume 22, numéros 1-4, pp. 177-9.


RESUMES DES ARTICLES SCIENTIFIQUES

• GAO Y., ZHANG D., SUN B. (2006). Active hexose correlated compound enhances tumor surveillance though regulating both innate and adaptive immune responses. Cancer Immunology Immunother. Volume 55, pp. 1258-1266
L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact de l’AHCC (Active Hexose Correlated Coumpound) sur le système immunitaire et le développement des tumeurs. L’AHCC est un extrait de champignons. Plus particulièrement, c’est un mélange de polysaccharides, d’acides aminés, de lipides et de minéraux issus de plusieurs espèces de champignons Basidiomycètes. Pour savoir si l’AHCC a un rôle protecteur vis à vis des tumeurs, les chercheurs ont mesuré la production de deux cytokines, interféron (IFN-y) et tumor necrosis factor (TNF-a) sur des périodes de 30 et 60 jours. Ces cytokines sont produites par des globules blancs et utilisés par l’organisme pour prévenir la croissance anormale des cellules cancéreuses. Les résultats montrent que la production d’IFN-y et de TNF avait augmenté dans les quatre semaines suite à la prise d’AHCC et que la stimulation du système immunitaire continue pendant au moins quatre semaines après que la consommation d’AHCC ait été arrêtée. L’extrait de champignon renforcerait donc le système immunitaire et aiderait à lutter contre l’apparition du cancer.

• KIDD P.M. (2000). The use of mushroom glucans and proteoglycans in cancer treatment. Altern Med Rev. Volume 5, numéro 1, pp. 4-27.
Plus de 50 espèces de champignons montrent une activité anticancer dans les modèles in vitro ou chez l’animal. Cette propriété est due aux glycanes et protéoglycanes de ces champignons. L’effet sur le cancer humain de six espèces a été étudié. Les protéoglycanes mis en jeu sont : le lentinane, schizophyllane, AHCC, fraction D du maitake, polysaccharide K (PSK) et polysaccharide-peptide (PSP). Le PSK et PSP, du champignon Coriolus versicolor, sont les plus prometteurs. Au Japon depuis 1970, le PSK augmente la survie des malades du cancer de l’estomac, du colon, du rectum, de l’œsophage, du poumon de cinq ans et plus. Le PSP augmente également significativement la durée de vie des patients du cancer de l’œsophage de cinq ans. Le PSP améliore la qualité de vie en soulageant la douleur, et en augmentant les défenses immunitaires. Le PSP et PSK boostent la production de cellules immunitaires, sont compatibles avec le traitement par chimiothérapie et en diminuent les effets secondaires. Les champignons contenant ces protéoglycanes peuvent donc faire partie intégrante de notre alimentation.

• BORCHERS A.T., KEEN C.L., GERSHWIN M.E. (2004). Mushrooms, tumors and immunity: an update. Exp Biol Med. Volume 229, numéro 5, pp. 393-406.
Les auteurs de cette étude passent en revue les principaux articles traitant des champignons et leur action sur les cancers ou le système immunitaire. Il a été montré que certains champignons stimulent les réponses immunitaires, du fait de leurs polysaccharides, particulièrement lorsque ces derniers sont étudiés in vitro. Ces différents polysaccharides des champignons sont efficaces à différents dosages : de 10 mg/kg à 1000 mg/kg. Ces études sont importantes mais les auteurs de l’article restent prudents sur les effets bénéfiques des champignons. D’une part peu car d’études épidémiologiques et expérimentales sont disponibles, et d’autre part du fait de la possible présence de métaux lourds, incluant l’arsenic, le plomb, le cadmium et le mercure, tout comme la présence de contamination radioactive. Les auteurs concluent sur la nécessité de poursuivre l’évaluation des effets des champignons ou extraits de champignons sur le système immunitaire.

• SLIVA D. (2003). Ganoderma lucidum (Reishi) in cancer treatment. Integr Cancer Ther. Volume 2, numéro 4, pp.358-64.
Le champignon comestible Ganoderma lucidum (Reishi) est un champignon populaire qui a largement été utilisé pour la promotion de la santé et la longévité dans les pays Asiatiques. La poudre sèche de Ganoderma lucidum était connue en tant qu’élément de la chimiothérapie en Chine ancienne. Les auteurs de cette étude ont montré que Ganoderma lucidum supprime l’adhésion et la migration des cellules du cancer du sein et de la prostate, hautement invasives. Ceci suggère son potentiel à réduire l’invasion des tumeurs. Ainsi, Ganoderma lucidum, pris en supplément dans l’alimentation, aurait un potentiel thérapeutique pour les cancers du sein et de la prostate. Les auteurs terminent en soulignant que d’autres tests, pour étudier l’activité biologique de ce champignon de manière complète, sont néanmoins nécessaires.

• KODOMA N., KOMUTA K., NANBA H. (2003). Effect of Maitake (Grifola frondosa) D-Fraction on the activation of NK cells in cancer patients. J Med Food. Volume 6, numéro 4, pp.371-7.
Il a déjà été démontré que la fraction D du champignon Maitaké pouvait potentiellement réduire la taille des tumeurs du poumon, du sein et de la vessie chez l’homme. Dans cette étude, les auteurs ont donné de la fraction D du Maitaké à des personnes malades du cancer, qui ne prenaient pas de médicaments. Parallèlement, ils ont suivi l’activité des cellules NK, des globules blancs, pour voir si leur activité était directement reliée à la progression de la maladie. Les résultats montrent que la fraction D du Maitaké freine la progression métastatique, diminue l’expression des marqueurs de la tumeur et augmente l’activité des cellules NK sur tous les patients examinés. Ainsi, la fraction D du Maitaké semble réprimer la progression du cancer à travers la stimulation du système immunitaire, et notamment avec l’activation de cellules NK.

• GRUBE B.J., ENG E.T., KAO Y.C., KWON A., CHEN S. (2001). White button mushroom phytochemicals inhibit aromatase activity and breast cancer cell proliferation. The journal of nutrition. Volume 131, pp. 3288-3293
Les estrogènes jouent un rôle majeur dans le développement du cancer du sein. L’aromatase est une enzyme qui augmente le taux d’estrogènes et pourrait ainsi jouer un rôle déterminant dans la prolifération des tumeurs. Or il a été démontré que des composés naturels comme les flavones ou isoflavones ont des effets inhibiteurs sur l’activité de l’aromatase. On peut donc penser que certains légumes qui contiennent ces composés peuvent inhiber l’activité de l’aromatase et supprimer la prolifération des cellules cancéreuses du sein. Les auteurs se sont ainsi intéressés à l’interaction entre des extraits de légumes et l’aromatase. Sept légumes ont été sélectionnés: oignon vert, céleri, carotte, poivron, brocoli, épinard, champignon. Des extraits aqueux de ces légumes ont été mis au contact de l’aromatase, dans des concentrations allant de 10 à 200 nmol/L. C’est le champignon blanc, Agaricus bisporus, qui montre le plus de résultat : c’est un inhibiteur potentiel de l’aromatase. Pour voir si l’inhibition de l’aromatase était spécifique au champignon blanc, 10 autres espèces de champignons ont été testées. Ceux qui ont le plus fort potentiel d’inhibition sur l’aromatase sont : le shiitake, le champignon blanc, le portabello et le crimini. Les résultats suggèrent qu’une alimentation riche en champignons peut moduler l’activité de l’aromatase et réduire in situ la production d’estrogènes. Egalement, la cinétique des enzymes suggère la présence d’inhibiteurs multiples, ou plus d’un mécanisme inhibiteur.

• COLLINS L.(2006). Phellinus linteus sensitises apoptosis induced by doxorubicin in prostate cancer. British Journal of Cancer. Volume 95, pp.282-288
Dans cette étude, les auteurs se sont intéressés un champignon, Phellinus linteus, et son impact sur le cancer de la prostate. Les chercheurs ont additionné des extraits de ce champignon à un médicament souvent utilisé pour traiter le cancer de la prostate, la doxorubicine. Les doses de doxorubicine utilisées étaient trop faibles pour avoir un effet sur les cellules cancéreuses. Or les cellules tumorales ont été détruites. De plus, aucune cellule saine n’a été endommagée. Dans une chimiothérapie classique les substances anti-tumeurs ne sont pas capables de faire la différence entre les cellules malades et celles non atteintes. De nombreuses cellules normales sont ainsi tuées, entraînant des effets secondaires plus ou moins contraignants comme une grande fatigue, une perte des cheveux…Les résultats de cette étude montrent donc que l’association du Phellinus linteus à la doxorubicine pourrait permettre de réduire les doses de composés chimiothérapiques utilisés dans les thérapies. L’effet soigneur serait le même, mais le traitement serait moins toxique et par conséquent moins contraignant à suivre.

• SHIMADA S., KOMAMURA K., KUMAGAI H., SAKURAI H. (2004). Inhibitory activity of shiitake flavor against platelet aggregation. Biofactors. Volume 22, numéros 1-4, pp. 177-9.
La lenthionine est un composé cyclique sulfurique du champignon shiitaké. Ce composé possède des similarités avec les sulfides de l’ail. Or ces derniers sont connus pour leur activité inhibitrice contre l’agrégation des plaquettes. Les auteurs se sont donc intéressés à l’activité inhibitrice du champignon shiitaké sur l’agrégation de plaquettes. Les chercheurs ont extrait l’huile essentielle du shiitaké, dont le composé principal est la lenthionine. Et les expériences ont été réalisées avec des échantillons de sang de volontaires en bonne santé âgés de 21 à 25 ans. Les résultats montrent que l’agrégation des plaquettes est inhibée par l’huile essentielle du shiitaké. Egalement, les effets de la lenthionine de synthèse étaient presque équivalents à ceux de l’huile essentielle. L’inhibition de l’agrégation plaquettaire de l’huile essentielle de shiitaké serait donc majoritairement due à la lenthionine.
 
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site