guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › Les champignons anti-cancer › Les champignons et la santé
   
DOSSIERS
 
Les champignons et la santé
Le 26/11/2009
Mot-clé : champignons
De nombreuses études démontrent les effets bénéfiques des champignons sur la santé. Les champignons ayant des propriétés anti-tumorales sont principalement les Polyporacées et Muconoporacées.
 
Les champignons : à l’origine de drogues et de médicaments puissants

Les champignons ont été utilisés pour leurs propriétés médicinales depuis plusieurs siècles. Au 12e et au 13e siècle, par exemple, les chevaliers du Temple se servaient d'extraits de moisissures pour soigner les plaies infectées.

La médecine occidentale exploite depuis assez longtemps les bienfaits des champignons microscopiques. Une des moisissures les plus importantes s'appelle Penicillium notatum. En 1918, Alexander Fleming a découvert par hasard que cette moisissure tuait des bactéries. Le premier antibiotique développé à partir du P. notatum a ainsi transformé la médecine. De nombreux autres antibiotiques sont fabriqués à partir des champignons microscopiques.

Mais certains champignons sont aussi connus non pas pour leurs effets bénéfiques mais pour leurs effets hallucinogènes. L’amanite tue-mouches par exemple (Amanita muscaria) est un champignon toxique traditionnellement utilisé par les chamans pour entrer en contact avec les esprits. Les hallucinations provoquées sont dues au muscimol, dont un analogue, le THIP, est étudié pour son activité analgésique proche de la morphine.

Intoxications alimentaires liées à la consommation de champignons non comestibles

L’intoxication alimentaire la plus répandue en France est le syndrome résinoide. Des douleurs intenses apparaissent rapidement, mais l’intoxication est bénigne et laisse rarement des séquelles. Elle est due à différents champignons : le bolet Satan, l’agaric jaunissante, la russule émétique, l’entolome livide, la pleurote de l’olivier, le clavaire doré…

Certaines intoxications sont plus graves. Le syndrome phalloïdien par exemple représente plus de 90 % des cas d’intoxication mortelle. Cette intoxication est due à plusieurs poisons, qui se trouvent entre autres dans l’amanite phalloide, l’amanite printanière, l’amanite vireuse, la lepiota helveola… L’arrivée des signes de l’intoxication est généralement tardive, dans les 6 heures après que le plat soit digéré. Les syndromes sont des vomissements et diarrhées, puis une atteinte hépatique grave. Cette intoxication peut entraîner la mort si une transplantation du foie n'est pratiquée.

Dans tous les cas, les champignons responsables d’intoxication ressemblent souvent à des comestibles recherchés. Soyez bien sûr des espèces ramassées avant de les consommer !

Champignons et cancers

Il a été montré dans plusieurs études que des extraits de champignons aideraient à lutter contre l’apparition de certains cancers. Par exemple, l’oligosaccharide AHCC est un extrait de plusieurs champignons. Il renforcerait le système immunitaire et aiderait ainsi à lutter contre les cancers. L’AHCC pourrait également réduire les effets secondaires des chimiothérapies. Cet extrait de champignons est un des principaux suppléments alimentaires pour le renforcement immunitaire au Japon. Son marché est estimé à plus de 200 millions d’euros mais n’est toutefois pas encore bien établi sur le marché Européen et nord Américain.

Les champignons ayant des propriétés anti-tumorales sont principalement les Polyporacées et Muconoporacées.

Cancer du sein
Certains composés naturels des champignons, les flavones et isoflavones, pourraient diminuer l’activité d’une enzyme, l’aromatase, impliquée dans l’évolution du cancer du sein.

Cancer de la prostate
L’extrait du champignon Shiitaké (Phellinus linteus), le lentinane, associé à un médicament utilisé pour soigner les cancers de la prostate, la doxorubicine, pourrait permettre de réduire les doses de ce médicament avec le même résultat thérapeutique. Le traitement serait ainsi moins toxique et par conséquent moins contraignant à suivre.

Cancer du côlon
Les lectines sont des protéines. Une étude a montré que les lectines ont des propriétés anticancérigènes : elles pourraient inhiber la prolifération des cellules cancéreuses du côlon.

Champignons et défenses naturelles

Certains champignons sont dits immunostimulants. C’est le cas du Shiitaké, du Maitaké ou « Poule des bois » ou encore du Reishi. Leurs propriétés bénéfiques pour la santé ont pour origine leurs polysaccharides respectifs.

Les polysaccharides sont des éléments naturels présents dans les parois des cellules de ces champignons. Ils sont stables à la chaleur et solubles dans l’eau chaude.

Les beta-glucanes sont des polysaccharides. Ce sont des substances naturelles qui n’attaquent pas directement les cellules cancéreuses mais qui activent les réponses immunitaires. Suite à l’action des beta-glucanes, l’activité des macrophages, un type de globule blanc, augmente. Ces macrophages sécrètent un facteur nécrosant antitumeur (TNF), qui est une molécule importante pour la défense de l’organisme.

Ainsi, au Japon, trois béta-glucanes anti-tumeurs ont déjà été mis sur le marché depuis une vingtaine d’années. Il s’agit de :
- lentinane, extrait du champignon Shiitaké, qui serait utile pour traiter le cancer de l’estomac
- PSK (Krestine), extrait du Coriolus versicolor, qui serait utile pour traiter les cancers du tube digestif, poumon et du sein
- SPG (Schizophyllan), extrait du champignon schizophyllum, qui serait utile pour traiter le cancer de l’utérus.

Le champignon Maitaké possède une très forte teneur en polysaccharides béta 1-6 glucane, un des plus puissants immunostimulants. Ce béta-glucane active les lymphocytes T et les macrophages. L’extrait de ces béta-glucanes est utilisé au Japon pour les cancers du sein et de la prostate.

Champignons et maladies cardiovasculaires

Quelques champignons ont également un rôle protecteur vis à vis des maladies cardiovasculaires. C’est le cas du Pleurote de Panicaut (Pleurotus eryngii) par exemple. Ce champignon réalise la synthèse de mévinoline, qui est un inhibiteur d’une enzyme (HMG-coA réductase) intervenant dans la synthèse du cholestérol. Le taux sanguin de cholestérol diminue donc.

Un autre pleurote, Pleurotus, cornucopiae, diminue la tension artérielle chez les rats. Egalement, le shiitaké contribue à la réduire l’agrégation des plaquettes. Enfin, une autre étude montre que les fibres des champignons Shiitaké, Maitaké et Enonitaké participent à réduire le taux de cholestérol sanguin.

Certains champignons contribuent donc à diminuer les risques de maladies cardiovasculaires.
 
>> Lire la suite du dossier : Composition nutritionnelle des champignons
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site