guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › L'eau potable et le cancer › Aluminium
   
DOSSIERS
 
Aluminium
Le 08/07/2009
Mot-clés : aluminium, eau
L’aluminium présent dans l’eau peut être isssu du ruissellement des sols, ou des sels d’aluminium qui sont utilisés dans les procédés de traitement de l’eau potable pour éliminer les particules organiques en suspension dans l’eau. Par ses propriétés chimiques, l’aluminium permet l’agglomération des particules organiques, qui se déposent sous l’effet de la gravité et qui seront ensuite filtrées. La grande majorité des sels de métaux utilisés se retrouve dans les boues en sortie de station d’épuration mais il peut il y avoir des traces dans l’eau du robinet.
 
Les eaux en bouteille, quant à elles, contiennent très peu d’aluminium. La plus riche en aluminium serait la Vivhy Celestin avec 0, 032 mg/L.

L’aluminium est aussi ingéré par l’alimentation, soit car il est présent naturellement, soit par ajout d’additifs alimentaires, soit suite à une migration du contenant (emballages ou ustensiles de cuisine) vers le contenu).

Une étude de Leblanc et al. en 2004 a montré qu’en France l’apport moyen d’aluminium par l’alimentation, eau comprise, serait de 1,62 mg/j pour les adultes( 15 ans et plus) et 1,26 mg/jour pour les enfants de 3 à 14 ans. L’apport journalier d’aluminium par l’alimentation peut être estimé proche de 6 mg/jour pour les asultes forts consommatuers d’aliments contenant de l’aluminium ou de grands utilisatieurs d’emballages ou d’ustensiles en aluminium.

Les apports d’aluminium liés à un traitement par des anti-acides à base d’aluminium n’est pas pris en compte.

Impact sur la santé

L’aluminium est toxique pour les cellules neveuses et des études sont en cours pour connaitre le rôle que pourrait jouer l’aluminium dans la maladie d’Alzheimer.

Une étude a montré que le risque de développer cette maladie est 70 fois plus important si on consomme une eau contenant plus de 0,1 mg/L que si on consomme une eau avec une concentration en aluminium inférieure à ce seuil. Cependant le lien causal n’est pas démontré entre l’aluminium et cette maladie.

Aussi, la présence d’aluminium à des concentrations résiduelles élevées (supérieures à 0,2 mg/L) peut entrainer le dépôt de « substances gélatineuses » contenant de l’aluminium dans le réseau de distribution. Ces substanbces peuvent favoriser la prolifération de microorganismes pathogènes. Le dépassement de la référence de qualité peut donc être associée à la présence de microorganisme potentiellement pathogènes dans l’eau distribuée.

Norme concernant l’aluminium dans l’eau de boisson

La référence donnée est de 200 µg/L soit 0,2 mg/L d’aluminium total dans les eaux destinées à la consommation humaine.

Selon l’OMS, la dose journalière tolérable d’aluminium est de 60 mg/jour pour un adulte.
 
>> Lire la suite du dossier : Arsenic
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site