guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › L'eau potable et le cancer › Dérivés chlorés
   
DOSSIERS
 
Dérivés chlorés
Le 08/07/2009
Mot-clés : dérivés chlorés, eau
Le chlore peut réagir avec des matières organiques présentes dans les eaux brutes, comme les acides humiques ou fulviques et former des sous-produits de chloration (SPC). Les principaux sont les trihalométhanes (THM) et les haloacétates (HAA).

Les matières organiques sont plus présentes dans les eaux de surfaces que dans les eaux souterraines, ce qui accroît le risque de formation de dérivés chlorés en présence de chlore. Ces matières organiques sont également plus présentes en été qu’en hiver.
 
Norme concernant les dérivés chlorés dans l’eau de boisson

Les Trihalométhanes regroupent :
- le chloroforme, limité à 200 µg/L d’après l’OMS
- le bromoforme, limité à 100 µg/L
- le bromodichlorométhane, limité à 60 µg/L
- le chlorodibromméthane, limité à 100 µg/L

La somme des teneurs en THM doit être inférieur à 100 µg/L d’après le Code de la Santé Publique.

Toxicité des dérivés chlorés

Les dérivés chlorés sont des cancérigènes avérés dans la classification du CIRC de l’OMS. Les cancers les plus fréquemment associés aux THMs dans l’eau de boisson sont les cancers de la vessie, du rectum et du colon.

Selon l’IPCS, les données épidémiologiques sont à ce jour insuffisantes pour parler d’une relation causale entre cancer et consommation prolongée d’eau chlorée car les cancers suspectés peuvent ne survenir qu’après 30 à 40 ans d’exposition.

Cependant une étude montre les hommes fumeurs qui boivent de l’eau du robinet chlorée pendant plus de 40 ans augmente de 1,5 le risque de cancer de la vessie par rapport aux hommes non fumeurs qui ne boivent pas d’eau chlorée.

Une autre étude montre que des gens qui ont suivis un régime pauvre en fibres et qui boivent de l’eau du robinet chlorée pendant plus de 40 ans double le risque d’avoir un cancer du rectum, comparativement à ceux qui ne sont pas exposés aux dérivés chlorés

Enfin une troisième étude portant sur le risque du cancer du cerveau, met en évidence que les gens qui ont bu de l’eau chlorée pendant plus de 40 ans ont 2,5 fois plus à risque de développer une tumeur que les gens qui n’ont pas bu d’eau chlorée pendant cette même période.

Egalement une relation est possible entre les THMs et les cas de grossesses défavorables (fausses-couches, malformations congénitales, insuffisance de poids à la naissance). Des études sont en cours pour plus de preuves sur le sujet.
 
>> Lire la suite du dossier : Chlore
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site