guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › L'eau potable et le cancer › Comment choisir l'eau potable selon les régions ?
   
DOSSIERS
 
Comment choisir l'eau potable selon les régions ?
Le 08/07/2009
Mot-clés : eau, pesticides, nitrates
Les procédés de traitements et la qualité finale de l’eau distribuée varient selon la géologie locale, selon la qualité de l’eau d’origine, souterraine ou de surface et selon la taille et les moyens économiques de l’usine de traitement des eaux.
 
Deux rapports publiés par la Direction Générale de la Santé mettent en évidence la bonne qualité de l’eau d’alimentation vis-à-vis des exigences de qualité microbiologiques et physico-chimiques (nitrates et pesticides), en particulier dans les grandes unités de distribution d’eau et dans les zones où les ressources en eau sont exemptes de pollutions.

Cependant, dans certaines zones du territoire, la qualité de l’eau délivrée aux consommateurs n’est pas en permanence conforme aux exigences de qualité fixées par la réglementation. Cette situation est observée en particulier :
- lorsque la ressource d’eau utilisée pour la production d’eau potable est polluée et que les traitements exigeants nécessaires à la potabilisation n’ont pas été mis en place
- dans des petites unités de distribution où les équipements sont à un niveau insuffisant et où l’organisation de l’alimentation en eau potable mérite d’être renforcée

Egalement, on peut lire le rapport de la Direction Générale de la Santé que “5,8 % de la population a reçu de l’eau dont la qualité n’a pas été conforme en permanence aux limites de qualité microbiologique”.

Des améliorations continues sont observées d’années en années mais des efforts sont encore nécessaires, en particulier dans les petites unités de distribution d’eau en zone rurale. Les actions à mener portant principalement sur l’installation de dispositifs de désinfection adéquats, un suivi de ces installations et la mise en place de périmètres de protection des captages d’eau.

Composition des eaux distribuées de quelques villes de France


Figure 1 : Composition des eaux distribuées de quelques villes en France. Sources : Eau de Paris, Communautés urbaines de Strasbourg, Nantes métropole, Société des eaux du Nord, Lyonnaise des Eaux.

Aucun pesticide n’est détecté dans les eaux de ces grandes villes.

Nitrates : variation de la teneur en nitrates en dans les eaux distribuées en France

La valeur limite des nitrates dans l’eau, fixée à 50 mg/L en France (la recommandation de l’OMS étant de deux fois inférieure, à 25 mg/L), est parfois dépassée dans certaines régions, comme la Bretagne, en raison de la pollution des nappes phréatiques par les activités agricoles.

Ceci a entrainé, en mars 2001, une condamnation de la France par la Cour de justice pour non-respect de la limite de 50 mg/L de nitrates dans les eaux superficielles utilisées pour l'alimentation en Bretagne (affaire C-1999/266). Des mesures efficaces n'ayant pas encore été prises à cet égard en 2002, la Commission Européenne a décidé d'entamer une procédure.

Les cartes ci-dessous dépeignent la situation des nitrates dans l’eau de boisson en Bretagne, en Ile de France et en France.

Nitrates en Bretagne


Figure 2 : Localisation des communes ayant reçu momentanément une eau non-conforme pour le paramètre nitrate en 2007. Sources : DRASS - DDASS

Nitrates en région parisienne

Les analyses d’eau du robinet de Paris montrent que la concentration en nitrates varie de 17 et 40 mg/L selon l’origine de l’eau. En Ile-de-France, l’eau des rivières, utilisée comme ressource, est faiblement chargée en nitrates. La teneur en nitrates de l’eau distribuée dans cette région est en moyenne de 25 mg/L, c’est-à-dire d’un niveau inférieur de moitié à la concentration maximale autorisée.

Néanmoins, certaines régions en Ile de France ont une moyenne annuelle de teneur en nitrates non conforme, supérieure 50 mg/L, comme les zones oranges sur la carte de 2006 ci-dessous, fournie par la DRASS Ile de France.


Figure 3 : La qualité de l’eau au robinet du consommateur d’Ile de France :
moyenne annuelle des nitrates en mg/L.
Source : DRASS Ile de France, 2007.



Pesticides : variation de la teneur en pesticides dans les eaux distribuées françaises

Pesticides en région Ile de France


Figure 4 : La qualité de l’eau au robinet du consommateur d’Ile de France : les pesticides, exposition de la population en 2006. Source : DRASS Ile de France.

Pesticides en Eure-et-Loire

Dans l’Eure-et-Loir, 16,6% de la population a reçu en 2006 une eau ayant une teneur en pesticides supérieure à 0,1 µg/L, qui est la limite maximale pour une substance individuelle. L'information de la population de la présence des pesticides doit être effectuée si la concentration en pesticides a été supérieure à 0.1 µg/L au robinet pendant plus de 30 jours au cours des 12 derniers mois.

De plus, bien que l’atrazine soit interdite depuis 2003, cette molécule est parfois retrouvée dans les eaux distribuées. Ceci s’explique en partie par le temps relativement long nécessaire pour que cette molécule se dégrade (40 jours dans les sols et 200 jours dans les eaux souterraines).


Figure 5 : Teneurs maximales en pesticides dans les eaux distribuées de l’Eure-et-Loir, juin 2007.
Source : DRASS région Centre.


Pesticides en France

Dans le rapport DGS 2008 relatif au bilan de la qualité des pesticides en 2007, on peut lire :

“Les informations sur la qualité des eaux du robinet du consommateur vis-à-vis des pesticides ont été obtenues à l’échelon national pour plus de 8 unités de distribution (UDI) sur 10 alimentant 99% de la population française. Les informations n’ont pu être fournies pour 4 156 UDI alimentant environ 600 000 personnes (taille moyenne de ces UDI = 145 personnes). Dans la plupart des cas, les UDI concernées ne sont soumises au contrôle sanitaire pour les pesticides que depuis le 25 décembre 2003. Compte-tenu des fréquences du contrôle sanitaire applicables (1 analyse de pesticides tous les 5 ans pour les plus petites UDI), certaines UDI n’ont pas encore fait l’objet de recherche de pesticides dans les eaux au cours des années 2004 à 2007.”

Au cours de l’année 2006, 5,14% de la population a été alimentée par de l’eau au moins une fois non conforme pour les paramètres pesticides. Les concentrations élevées et durables en pesticides dans les eaux ont nécessité de restreindre les usages alimentaires de l’eau de la distribution publique pour 111 000 personnes (soit 0,18% de la population française) au cours de l’année 2006. Les zones concernées par ce type de restriction étaient situées dans l’Ile de France hors Paris et le quart Nord-Est de la France.

Les dépassements de la limite autorisée pour les pesticides dans l’eau ont concerné, en 2007, 1 398 unités de distribution d’eau. Ainsi, pour 5,1 millions de personnes, soit 8,4 % de la population française, l’eau du robinet a été au moins une fois non-conforme au cours de l’année 2007.


Figure 6 : Proportion de la population alimentée par de l’eau conforme pour les paramètres pesticides en 2006 par département. Sources : Ministère chargé de la santé – DDASS – SISE-Eaux.


Paramètres microbiologiques (infectieux) : variation de la qualité des eaux en France

Au cours de l’année 2006, 4,4% de la population (soit 2,7 millions de personnes) a été alimentée par de l’eau du réseau public considérée « non conforme » pour les paramètres microbiologiques (infectieux). Les zones géographiques où la qualité de l’eau ne respectait pas le plus souvent les limites de qualité microbiologiques correspondaient à celles où les réseaux d’adduction étaient les plus nombreux et desservaient peu de population (zones de montagne, zones rurales). Ainsi, 99,8% des prélèvements étaient conformes pour les unités de distribution (UDI) de plus de 50 000 habitants contre 87,5% seulement pour les UDI de moins de 500 habitants.


Figure 7 : Proportion de la population alimentée par de l’eau conforme pour les paramètres microbiologiques en 2006 par département. Sources : Ministère chargé de la santé – DDASS –SISE-Eaux.

   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site