guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › Equilibrer les graisses › Cocktail de gras trans et d’omega-6, on ne peut pas faire pire pour la santé
   
DOSSIERS
 
Cocktail de gras trans et d’omega-6, on ne peut pas faire pire pour la santé
Le 26/10/2009
Mot-clés : omega 6, graisses, alimentation, gras trans, cancer
Les effets catastrophiques des gras trans sur la santé conjugués à l’excès d’omega-6 donnent un cocktail pro-inflammatoire favorisant la promotion des cellules cancéreuses dans l’organisme.
 
L’excès d’oméga 6 dans le corps engendre des réactions inflammatoires un peu partout et cet état inflammatoire persistant laisse penser qu’il y aurait un lien direct avec l’augmentation statistique forte des nos maladies de « civilisations » que sont les maladies cardio-vasculaires comme l’infarctus ou l’accident vasculaire cérébral, les cancers, l’arthrite ou même la maladie d’Alzheimer. De même les maladies en « ite », type : bronchite, rhinite, tendinite, etc… tous ces cas sont des inflammations d’un organe ou d’une partie du corps, et lorsqu’ils deviennent , non plus ponctuels comme cela peut arriver dans la vie courante, mais chroniques, alors, on peut penser que c’est le terrain pro-inflammatoire qui favorise la récidive d’une pathologie qui ne devrait être qu’occasionnelle. Ce statut inflammatoire permanent est renforcé par les mêmes effets qu’occasionnent les omaga-6. Le couple infernal sévit alors avec une puissance redoublée.

Favoriser la prolifération

Pour bien prendre la mesure des effets physiologiques désastreux et pro-cancer qu’engendre la forte consommation d’oméga 6 et de gras trans, il faut revenir à la genèse des cancers. Nous portons tous des cellules cancéreuses et initions tous des cancers au cours de notre vie. La plupart du temps, ces cellules anormales naissantes sont pourchassées et détruites par notre système immunitaire. Pour qu’un cancer se développe et passe à la phase de promotion, il faut beaucoup de temps et un environnement favorable permettant l’éclosion puis la dissémination des cellules cancéreuses.

Les gras trans et les gras oméga-6 contribuent à créer et entretenir ce climat inflammatoire très favorable au développement du cancer. En créant une inflammation chronique et en entrant en compétition avec les oméga-3, réduisant leur effet modérateur de l’inflammation, ils assurent des conditions favorables à la promotion de cellules cancéreuse. Les oméga 6 et les gras trans entrent en compétition avec les oméga 3 et en gênent l’absorption en monopolisant les enzymes spécifiques à leur métabolisation, certaines vitamines, notamment B6,B3,C et E ainsi que des minéraux.

Rééquilibrer l’apport des gras

Dans la revue scientifique « International Journal of cancer », le chercheur Philippe Bougnoux, directeur de l’unité de recherche de l’INSERM « Nutrition, croissance et cancer » a publié une étude montrant que la supplémentation en gras polyinsaturés augmentait chez les rats la sensibilité aux traitement de radiothérapie et de chimiothérapie sur des tumeurs mammaires. Un régime riche en oméga 3 a été associé à une régression de 60% de la taille des tumeurs douze jours après le début de la radiothérapie contre 31% de diminution dans le groupe témoin.
 
>> Lire la suite du dossier : Remplacer, équilibrer, choisir
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site