guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › Equilibrer les graisses › Les gras trans : les interdictions se multiplient, à juste titre
   
DOSSIERS
 
Les gras trans : les interdictions se multiplient, à juste titre
Le 26/10/2009
Mot-clés : alimentation, maladie cardiovasculaire, cancer, huile, cholestérol, acides gras, gras trans
Canada, Danemark, Californie, les uns à la suite des autres, les états légifèrent pour interdire l’utilisation des gras trans dans la préparation des plats préparés, de la pâtisserie, des margarines, ou d’une pleiade de produits de consommation courante. Les gras trans de synthèse sont maintenant partout, mieux vaut lire les étiquettes.
 
Interdits récemment dans plusieurs pays comme le Danemark, le Canada ou la Californie, les gras trans commencent à apparaître au grand jour pour ce qu’ils sont : des ennemis de la santé. Si l’invention de l’hydrogénation des huiles a été une avancée technologique au début du siècle dernier, maintenant qu’ils sont généralisés dans l’alimentation préparée, ils sont une grande régression pour la santé.

La technologie permettant de solidifier l'huile, l’hydrogénation, pour en faire de la margarine a été découverte par le chimiste français Paul Sabatier, en 1902, à l’époque le beurre était une denrée rare et chère. Ce procédé permettait de fabriquer des graisses qui présentent l’avantage de rester solides à température ambiante et de se conserver longtemps. Avantages appréciables dans un contexte où les aliments voyagent beaucoup et peuvent séjourner de longues périodes en conteneurs ainsi que dans les entrepôts et sur les étalages des magasins. Après la Deuxième Guerre mondiale, une technique baptisée « hydrogénation partielle » permettra aux margariniers d’utiliser des huiles plus insaturées, par exemple celles de maïs et de soja (oméga-6 !).

Quelques effets certains : cholestérol et maladies cardio-vasculaires

Tout comme les gras saturés en excès dans l'alimentation, les gras trans font augmenter les taux sanguins de LDL (« mauvais cholestérol ») tout en abaissant les taux de HDL (« bon cholestérol »). Cela a pour effet d’augmenter significativement le risque de souffrir de troubles cardiovasculaires. Les gras trans pourraient faire augmenter ce risque de l’ordre de 132 % en comparaison de 32 % pour les gras saturés.

Tant qu’on s’en tenait aux gras trans naturels, qui ne se retrouvent qu’en petites quantités dans la nature, les risques pour la santé étaient pratiquement inexistants. Mais l’omniprésence des gras trans synthétiques dans les produits alimentaires transformés inquiète les autorités sanitaires. Il est estimé qu’au-delà d’un certain seuil (10 g de gras trans par 100 g de matières grasses, soit 10 %), nous pourrions augmenter le risque d’être affecté par des troubles cardiovasculaires. On estime qu’en Occident, la consommation quotidienne de gras trans est en moyenne de 38,7 g. Ces gras trans proviennent à 90 % ou à 95 % des huiles hydrogénées.

Regardez les étiquettes

On trouve les gras trans dans les margarines, les plats préparés, les confiseries, les biscuits, les viennoiseries, les pâtes à tarte, les pâtes à tartiner, les chocolats commerciaux, les pâtisseries , les céréales, les barres chocolatées ou céréales, le beurre d'arachide, les plats préparés. Lorsque la liste des ingrédients comprend les termes « huiles végétales hydrogénées » ou « partiellement hydrogénées », on sait que le produit renferme des gras trans. Leur position dans la liste d’ingrédients est également un indicateur de quantité : plus ils se rapprochent du début de la liste, plus il y a de gras trans dans le produit.
 
>> Lire la suite du dossier : Cocktail de gras trans et d’omega-6, on ne peut pas faire pire pour la santé
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site