guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › L'exercice physique › Les effets bénéfiques de l’activité physique : tout s’explique
   
DOSSIERS
 
Les effets bénéfiques de l’activité physique : tout s’explique
Le 03/08/2009
Mot-clé : exercice physique
L’activité physique agit sur plusieurs paramètres physiologiques qui participent directement au développement du cancer. En régulant ces paramètres, elle aide à limiter les risques de déclenchement de la maladie.
 
Les œstrogènes, hormones féminines, sont en partie liées au cancer du sein. Contrôler leur activité permet de réduire les risques.

L’activité physique modifie le taux d’œstrogène dans le sang. En pré-ménopause, le taux d’œstrogène varie peu. En revanche, en post-ménopause, le taux sanguin d’œstrogène peut diminuer rapidement grâce à un peu de sport. De plus, en contribuant à la diminution de la masse graisseuse, l’activité physique participe à la fixation des œstrogènes libres.


Diminution de l'insuline

L’insuline, que le corps libère lors de la digestion, est un facteur favorable à la prolifération cellulaire. Il ralentit la mort cellulaire, en particulier celle des cellules tumorales du sein. De plus, il gène le processus de fixation des œstrogènes libres, favorisant ainsi leur activité dans le corps. 

Ces propriétés expliquent les taux importants de cancer du sein, du côlon,  de l’endomètre et du pancréas chez des personnes atteintes de syndromes métabolique, caractérisé par un taux important d’insuline et de glycémie, par une hypertension et un surpoids. C’est aussi une raison pour laquelle le risque de cancer augmente dans les cas de diabète de type II.

Dans les 24 à 36 heures après l’activité physique, le taux d’insuline baisse dans le corps. De plus cette activité améliore le taux d’insulinorésistance de l'organisme et augmente la captation du sucre. La régularité de l’exercice accroit la durée et l’importance de la captation du sucre.

Atténuation de la sécrétion de l’Insuline-like Growth Factor (IGF)

L’IGF est une hormone sécrétée en même temps que l’insuline lors de la digestion d’un repas. Elle est également en partie responsable de la croissance des cellules tumorales. L'activité physique permet de la même façon de la diminuer. C'est également le cas pour certaines hormones, telle la leptine, qui favorise la multiplication des cellules tumorales.

Réduction de l’inflammation

Pratiquer une activité physique régulière modère la sécrétion de certaines protéines comme les cytokines qui ont un rôle majeur dans le processus inflammatoire.

Photo : kremslot

Dossier « Sport et Cancer »  Onko+ numéro 1 - février 2009.

Avec l'aimable autorisation du Dr. Thierry Bouillet
 
>> Lire la suite du dossier : L’activité physique : facteur positif contre le déclenchement des cancers et les risques de rechute
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site