guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › Dossiers › Le bio › Les avantages du bio sur le plan sanitaire
   
DOSSIERS
 
Les avantages du bio sur le plan sanitaire
Le 24/12/2009
Mot-clé : bio
En agriculture biologique, le risque de présence de certains contaminants comme les pesticides, OGM, métaux lourds et résidus médicamenteux est nettement moindre qu’en agriculture conventionnelle. Voyons pourquoi.
 
Absence de pesticides de synthèse

L’ensemble des études disponibles montre que la grande majorité des produits biologiques ne contiennent pas de résidus de pesticides autorisés en agriculture conventionnelle, du fait que les produits phytosanitaires de synthèses sont interdits en agriculture biologique. Les risques pour la santé humaine associés à ces produits sont donc éliminés.

Cependant, les produits issus de l’agriculture biologiques sont sensibles à leur environnement. Des résidus de pesticides peuvent donc être retrouvés sur les produits bio s’il y a contamination par une culture conventionnelle voisine, ou si le sol était précédemment utilisé pour du conventionnel. Mais ces résidus ne sont en général qu’à l’état de traces.

En agriculture biologique, la lutte contre les parasites, les maladies et les mauvaises herbes se fait de manière préventive avec :
- la mise en place de rotations culturelles diversifiées
- un choix de variété et d’espèces résistantes
- le désherbage mécanique et par le feu.
- la mise en place d’un environnement naturel , en préservant les haies par exemple, véritable nid à insectes et oiseaux, pour la lutte biologique. Ainsi la coccinelle permet d’éliminer les pucerons et les mésanges ou les piverts s’occupent des chenilles notamment.

L’utilisation de pesticides d’origine naturelle, qui figurent sur une annexe du règlement en vigueur, ne se fait qu’en cas de danger immédiat menaçant la culture et lorsque le besoin est reconnu par l’organisme de contrôle.

Moins de nitrates qu’en agriculture conventionnelle

Les végétaux ont besoin de nitrates pour se développer. Ils en contiennent de grandes quantités, notamment dans leurs racines, par où les nitrates sont prélevés mais ne sont pas encore dégradés.

Cependant l’analyse des données disponibles montre que les légumes issus de l’agriculture biologique ont des teneurs en nitrates globalement plus faibles que les légumes conventionnels.

Les teneurs en nitrates dans les salades, les carottes et les épinards sont en moyenne inférieures à celles constatées dans les productions maraîchères classiques lorsque les jours sont longs, du printemps à l’automne. Ces différences s’estompent en hiver. La teneur en nitrates varie donc avec le climat, la saison, les variétés cultivés et aussi les fertilisants organiques utilisés puisque les engrais organiques solubles, désormais interdits, engendrent plus de nitrates que les composts de fumier.

La plus faible teneur en nitrates dans les produits bio peut s’expliquer par l’interdiction de l’emploi des engrais azotés de synthèse en agriculture biologique et leur remplacement par des engrais organiques comme le fumier ou le compost. L’apport d’azote est donc en général plus faible dans les cultures bio.

De plus, l’azote des fertilisants biologiques est sous forme organique. Avant d’être utilisé par la plante, il doit donc être minéralisé par des micro-organismes. L’absorption de l’azote par les plantes est donc plus lente qu’en agriculture conventionnelle, et correspond mieux aux besoins des cultures.

Absence d’OGM et de résidus de médicaments vétérinaires

Les OGM et leurs dérivés sont interdits en agriculture biologique. Compte tenu de cette interdiction, la problématique des risques potentiels liés aux OGM ne se pose pas directement.

L’agriculteur privilégie le bien-être des animaux : au-delà de l’espace qui leur est réservé et de l’alimentation qu’il leur donne, provenant surtout de la ferme, l’agriculteur utilise des médecines douces pour soigner ses animaux, comme l’homéopathie par exemple. Les antibiotiques ne sont pas utilisés en élevage biologique, ou très peu : seules 2 utilisations par an sont autorisées, sous réserve de l’accord et du contrôle du vétérinaire. Les viandes ou le lait d’origine biologique ne contiennent donc pas de résidus médicamenteux.


Photo : jonny.hunter
 
>> Lire la suite du dossier : Les avantages du bio sur le plan nutritionnel
   
   
Qui sommes-nous ?       Contactez-nous      Mentions légales      FAQ      Liens utiles      Comité de surveillance      HON Code      Charte du site